Séance d'encodage d'une phrase simple

Séance d'encodage d'une phrase simple

Niveau : cycle 2

Compétences :
- Maîtriser les relations entre l’oral et l’écrit.
- Mémoriser et se remémorer l’orthographe de mots fréquents et de mots irréguliers dont le sens est connu.
- Étendre ses connaissances lexicales, mémoriser et réutiliser des mots nouvellement appris.

Objectifs de la séance :
- expliciter ses propres stratégies d'encodage
- identifier les principales stratégies d'encodage et en faire l'expérience

 

Déroulement d'une séance d'encodage

Étape 1, collective : choix de la phrase.

Les élèves décident d'une phrase à encoder. Soit une nouvelle phrase, soit une phrase s'inscrivant dans une progression.

Dans le choix de la phrase, le maître s'assure que :
- la longueur de la phrase est adaptée au niveau des élèves
- la phrase bénéficie d'un accord commun
- l'encodage de la phrase est réalisable par les élèves
- la phrase possède des analogies de sons connus vus récemment ou acquis

La phrase choisie peut s'inscrire dans l'étude d'un album, et peut-être une phrase issue d'une comptine avec structure répétitive, ce qui induira des analogies de mots ou morceaux de phrases.

Le maître met à disposition des élèves les outils nécessaires à l'encodage :
- un album fermé dont le titre contient un ou des mots qui sont présents dans la phrase à encoder.
- des mots affichés dans la classe, soit sous forme de liste, soit dans des phrases.
- la précédente phrase encodée peut-être écrite derrière un tableau, à laquelle les élèves peuvent se référer pour trouver des analogies.

Étape 2, collective : apprendre la phrase par cœur.

Une fois le consensus sur la phrase établi, les élèves apprennent la phrase par cœur. Ils la répètent à tour de rôle, jusqu'à ce qu'ils la récitent facilement.

Si le maître s'aperçoit que les élèves ne parviennent pas à mémoriser la phrase, il est encore temps de la changer, en la réduisant ou en la modifiant. Le maître explique que la phrase choisie était trop longue par exemple.

Pour faire mémoriser la phrase, le maître la répète plusieurs fois, et peut demander à un élève de répéter la première partie, puis la seconde.

 

Étape 3, individuelle puis collective : prendre le bon nombre d'étiquettes.

Une fois la phrase maîtrisée à l'oral, les élèves doivent compter le nombre de mots dans la phrase. On met en commun les résultats, que les élèves doivent justifier, en comptant par exemple avec les doigts en même temps qu'ils disent la phrase. Les élèves doivent être d'accord et doivent isoler chaque mot sans problème.

Dans une barquette située au milieu, on dispose en vrac des étiquettes blanches sur lesquelles les élèves écriront les mots. Chaque élève doit prendre autant d'étiquettes que de mots dans la phrase, et les positionner devant lui. Le maître s'assure que les étiquettes soient positionnées en ligne, comme l'écriture, et qu'un espace ait été créé entre chacune d'elles pour bien visualiser la séparation des mots dans la phrase.

Chaque élève doit vérifier qu'il ait autant de mots que d'étiquettes. Ils prononcent chaque mots la phrase en pointant les étiquettes. Le maître dit aux élèves ce qu'ils doivent faire : regarder le doigt de l'élève et écouter les mots.

 

Étape 4, individuelle : l'encodage de la phrase.

Les élèves changent de disposition pour travailler de façon individuelle..

Avant qu'ils ne commencent à écrire, le maître demande quel est le premier mot, quel est le dernier mot. Pour les élèves ayant plus de difficulté, on pourra écrire un ou plusieurs mots en repère sur les étiquettes.
Il leur demande de prendre le temps, pour éviter toute précipitation.

Ils doivent écrire la phrase sur les étiquettes, et les coller sur une feuille blanche qu'on leur met à disposition une fois l'écriture terminée.

Le maître explique et rappelle, avant et pendant l'activité, que les élèves doivent trouver les moyens pour écrire la phrase, et qu'ils peuvent se lever pour aller trouver ces moyens. Pour les élèves les plus en difficulté, on pourra mettre les aides à proximité pour qu'ils les trouvent plus facilement, ou positionner l'élève plus près de ces aides.

Quand le travail est terminé, les élèves écrivent leur nom et la date, retournent leur feuille et posent le stylo dessus.

  

Étape 5, regroupement: mise en commun des procédures.
Cette étape ne sera utile que lors de la
première séance. Elle n'a pour but que d'expliciter les stratégies utilisées par les élèves et de leur faire verbalisées.

Les élèves s'installent autour du maître, sans leur production qui est restée sur leur table. Le maître demande s'ils ont réussi.

Il redemande la phrase, et demande à un élève le premier mot qu'il a écrit. Il précise qu'il ne veut pas les lettres mais juste le mot. Il lui demande s'il a réussi à écrire le mot, et comment il a fait pour l'écrire. Il demande aux autres élèves d'expliquer comment ils ont fait.
Les élèves ne sont pas obligés de parler pendant ce temps de regroupement, mais doivent dans tous les cas écouter les autres. Le maître rappelle cette règle.

On procède ainsi pour chaque mot. On accueille et reformule les stratégies des élèves. Lors de la reformulation on demande si c'est bien comme ça qu'ils ont fait. Le maître met en relation les stratégies utilisées par les uns et les autres.

Pour chaque stratégie, le maître demande ce qui est le plus difficile : par exemple regarder sur les affichages ou écouter les sons.

On doit amener les élèves vers les stratégies suivantes :
- connaître le mot par cœur
- regarder le modèle
- procéder par analogie
- écouter les sons

Les stratégies peuvent être introduites petit à petit, en fonction du niveau des élèves ou des aides mises à disposition.

Des affichages pour chaque stratégie seront introduites au cours de la séquence.
Ces affichages pourront être utilisées en début de séances pour rappel, ou pour guider les élèves pendant la tâche.
Elles matérialisent ces stratégies que les élèves ont utilisées dans des situations vécues.

Étape 6, confrontation des productions.

Les élèves reprennent leur place et comparent leur production. Le but de cette étape est non seulement de mener les élèves vers la version correcte de leur production, mais aussi de confronter leurs stratégies.

À l'issu de cette étape de correction, chaque élève recopie au propre la version finale de sa phrase.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Séance d'encodage à partir de l'album « Zékéyé et le serpent python », Nathalie Dieterlé.

1/ Lecture de l'album, au départ par les élèves pour les mettre dans l'activité, mais juste sur quelques pages. Le maître lit l'album en contrôlant la compréhension au fur et à mesure :

- Explicitation de la lecture du mot Python
- Pourquoi les habitants font la sieste les jambes écartées ?
- Qu'est-ce qu'une machette ?
- Que signifie rusé ?
- Où est le dolé sur l'image ?
- Comment fait le python pour manger le dolé ?
- Que sont des feuilles de bananier ?
- Pourquoi les habitants ne dorment plus les jambes écartées ?
- Comment a fait Zékéyé pour tuer le python ? Les élèves doivent reparler les guerriers et du sorcier pour expliquer la démarche de Zékéyé.

2/ Les élèves doivent nommer les personnages de l'histoire et le maître les écrit sur une affiche. Expliquer que cela permet aux élèves de savoir comment cela s'écrit (ne pas en dire plus pour le moment).

- Zékéyé
- le python
- les mabilékés
- Itïtï
- Cocodi
- le plus fort des guerriers
- le plus rusé des guerriers
- le grand sorcier Boutou
- la maman de Zékéyé

3/ Donner la phrase qu'on va écrire : « Zékéyé est petit mais il est fort et rusé. »

4/ Mettre à disposition des élèves l'affiche avec les personnages et le livre fermé.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Séance d'encodage à partir de l'album « Veux-tu être mon ami ? », Eric Battut.

 

 

 

 

 

 

1/ Lecture de l'album, au départ par les élèves pour les mettre dans l'activité, mais juste sur quelques pages. Le maître lit l'album en contrôlant la compréhension au fur et à mesure :

- Que font les souris grises ?
- Pourquoi les souris grises ne veulent-elles pas jouer avec la souris verte ?
- Que signifie « vert de peur ? »
- Pourquoi l'éléphant a-t-il peur de la souris ?

2/ Les élèves doivent nommer les personnages de l'histoire et le maître les écrit sur une affiche. Expliquer que cela permet aux élèves de savoir comment cela s'écrit (ne pas en dire plus pour le moment).

- des souris grises
- une souris verte
- une sauterelle
- une grenouille
- un caméléon
- un éléphant

3/ Donner les 2 phrases qu'on va écrire : « Mais voilà un éléphant. Veux-tu être mon ami ? »

4/ Mettre à disposition des élèves l'affiche avec les personnages et le livre fermé.