Besoins d’accompagnement entre enseignant et AESH


Ce tableau synthétise le cadre législatif, et propose des actions concrètes pour poser les rôles de chacun, de l’enseignant spécialisé (RASED, première colonne), à l’enseignant et l’AESH.

Nombreux sont les enseignants qui travaillent en collaboration avec des AESH au sein de leurs classes.

Pourtant, le rôle des AESH est souvent difficile à poser de façon simple par les enseignants. Il est aussi difficile d’exprimer ses attentes sans les faire percevoir comme des injonctions. Dans bien des cas cette cohabitation se passe à merveille et l’élève en tire le meilleur bénéfice, mais aussi souvent des situations compliquées ou des non-dits peuvent s’installer. Se poser les questions concernant les rôles de chacun et les leviers à utiliser pour définir au mieux les actions et postures à mettre en place est sûrement un élément de réponse à prendre en compte.

Ce tableau synthétise le cadre législatif, et propose des actions concrètes pour poser les rôles de chacun, de l’enseignant spécialisé (RASED, première colonne), à l’enseignant et l’AESH. Il est tout à fait possible de demander de l’aide au RASED pour participer à la mise en place d’une collaboration efficace et qui réponde aux attendus des missions officielles mais aussi qui s’inscrive dans le projet de l’élève.

Personne ressourceAides à l’enseignanteAides à l’AESHMédiation
Observation en classe.Aides matérielles : – images PECS etc. – aménagements pédagogiques. – aménagement d’un espace pour l’AESH dans la classe.Constats : – Difficultés de fonctionnement – Les besoins d’accompagnement entre l’enseignant et l’AESH.
Écoute de l’enseignant et de l’AESH. Inciter l’AESH et l’enseignant à ne par rester dans leurs questionnements / difficultés.L’aider à définir ses propres attentes.Aider à redéfinir son rôle : référence aux missions, circulaire n° 2019-090 du 5 juin 2019.Avoir une même représentation du but. Co-construire le cadre de travail : orienter, aiguiller, ré-orienter régulièrement, mises en perspective.
Points d’appuis : – s’appuyer sur le projet de l’élève à l’école. – comment mettre en œuvre les objectifs de l’élève (accessibilité) ou compensation. – dégager ce qui est accessible en terme d’apprentissagePartage d’expertise et reconnaissance de complémentarités.Gestes professionnels : – ne pas faire « à la place de » mais donner accès aux apprentissages. – développer l’autonomie de l’élève (savoir s’effacer). – accompagner l’élève dans son relationnel.Redéfinir les besoins des élèves et en faire l’objectif commun : – rendre explicite ces besoins. – recentrer les objectifs sur le scolaire. – ne pas voir l’élève que par rapport à ses difficultés : prendre conscience de ce que l’élève sait faire.
Outils (en appui aussi) : – ESS : besoins repérés, évaluations et redéfinition des nouveaux objectifs. – PPS (modalités concrètes de scolarisation, GEVASCO, préconisation). – PPI (formalisation des outils, concertation RASED et AESH pour redéfinir les actions).Penser l’espace : – aider l’élève individuellement, aider l’élève au sein d’un groupe. – accepter la distance avec l’élève si besoin (quand l’élève n’a pas besoin de l’AESH). Clarification des rôles de chacun. – Ne pas mettre les rôles en concurrence mais en collaboration. – Définir la médiation en fonction du PPI : qui fait quoi et comment le travail est-il articulé.  
Cahier « de liaison » : – consignes – observations – bilans – progrès  Inviter l’enseignant à expliciter ses attentes concernant l’AESH.
   Valoriser les 2 partis, œuvrer ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.